Scandale à la FCPE Paris

FCPE

Le Congrès désavoue le C.A.

Lors du congrès annuel du 3 juin, les représentants du Rectorat, architectes de la réforme d’Affelnet, du déménagement du lycée Brassens au lycée Bergson et autres désordres de fermetures tout azimut, ont rituellement ouvert la session. Un congrès qui a fini dans une ambiance moins consensuelle que prévu.

En effet, le conseil d’administration n’a pas réussi à faire voter comptes, rapports d’activité et rapport financier. Seules les candidatures des administrateurs, dont les votants du Congrès ont découvert avec stupéfaction qu’elles étaient « sélectionnées » au mépris de toute équité et transparence électorales, ont été validées.

Raccourci rapide : en plus du désaveu criant de l’équipe dirigeante quant à leurs bilans, 3 administrateurs avaient été suspendus pour désaccord, en dehors de toute légalité, et réintégrés in extremis la veille du Congrès par peur du scandale et faute de tout élément probant. Une 4ème (sur 21), et rien moins que la Secrétaire Générale, en avait démissionné par dégoût. Enfin, 2 candidats au poste d’administrateurs ont vu leur candidature invalidée sans raison valable. Il restait ainsi 8 candidatures pour 8 postes, une élection cousue de fil blanc dont on appréciera à sa mesure la veine « démocratique ».

Nous, FCPE ROGNONI et FCPE LAP Lycée Autogéré, par égard tant pour ceux qui nous ont élus que pour tous les candidats à venir, exigeons ce qui nous a été refusé : respect des statuts et du règlement intérieur de la FCPE lesquels impliquent une réelle transparence concernant la méthode d’homologation des candidats et qui, par voie de conséquence, portent à s’interroger aussi sur l’élection hors norme au CA d’une adhérente n’appartenant à aucun Conseil Local. Ce sont deux cas de flagrantes violations et nous refusons de les voir perdurer pour que continue à souffler sur notre Fédération l’esprit bénévole et démocratique d’une association de parents d’élèves qui n’a que faire de cooptation ou de tripatouillage douteux des candidatures.

Pour ces raisons d’injustice, nous avons fait parvenir à la Présidence de l’ancienne équipe du Conseil départemental FCPE de Paris une mise en demeure de justifier leur refus de candidatures le 7 juin dernier.

De même, nous appelons le plus grand nombre de comités locaux parisiens à nous rejoindre s’ils le désirent pour manifester et acter ce vœu d’une Fédération Parisienne et Nationale enfin saine, à l’image de nos valeurs, et nous mettons tous nos espoirs dans la nouvelle présidence portée par Martin Raffet dont nous saluons l’arrivée.

Dans ce sens, il nous semblerait cohérent que, devant le refus du rapport d’activité et rapport financier voté par le Congrès, les anciennes Présidente et Vice-présidente, responsables des errements et manquements éthiques manifestes de l’année dernière, prennent acte de cette claire sanction des urnes et démissionnent du CA pour qu’une nouvelle page s’ouvre à la Fcpe Paris.

Le bureau de la FCPE Rognoni

Le bureau de la FCPE Lycée Autogéré-LAP